L'accordage Richter

Chaque accordage Richter varie en fonction de la tonalité de l’instrument. Pour un harmonica diatonique en C (Do), la répartition des notes est la suivante :

Accordage Paddy pour harmonica

L’accordage Richter est le plus répandu pour les harmonicas diatoniques 10 trous.

Il a été conçu pour offrir la possibilité aux harmonicistes de jouer avec un accompagnement utilisant les accords majeurs de la tonalité de l’instrument, disponibles sur les quatre premiers trous aspirés et sur la totalité des dix trous soufflés.

De ce fait, les notes FA et LA de la première octave ont été supprimées mais peuvent néanmoins être obtenues grâce aux altérations qui exigent cependant une certaine pratique pour être parfaitement maîtrisées. Ces notes, dites altérées, ont une sonorité différente de celle des notes naturelles de l’instrument. Cette coloration musicale particulière constitue une caractéristique spécifique très intéressante et largement exploitée par les joueurs de blues.

Cet accordage permet une très grande expressivité musicale et offre trois octaves complètes sur un harmonica 10 trous.

Il est idéal pour jouer du blues, en pratiquant les altérations, voire les overnotes*. Il convient aussi parfaitement à tous les autres styles de musiques (jazz, country, celtique, folklorique, etc.) et aux harmonicistes pratiquant le tongue-blocking.

* Les overnotes (overblows et overdraws) font appel à une technique permettant de mettre en oscillation une lame dans le sens opposé à son mode d’oscillation naturel. Ainsi, en overblow, c’est la note aspirée qui produit le son alors qu’en overdraw, c’est la note soufflée qui l’émet. Cette technique, associée à celle des altérations, permet d’obtenir tous les tons et demi-tons, rendant ainsi chromatique un harmonica diatonique.

L'accordage Solo Tuning

Chaque accordage Solo Tuning varie en fonction de la tonalité de l’instrument. Pour un harmonica diatonique en C (Do), la répartition des notes est la suivante :

Accordage Solo Tuning Grille Notes Harmonica Diatonique

Solo Tuning signifie littéralement “accordage pour jouer en (notes) solo”. Les notes LA et FA sont bien présentes dès la première octave. Ainsi, aucune altération n’est nécessaire pour les jouer et ces deux notes possèdent, par ailleurs, la même coloration musicale que toutes les autres notes de l’instrument. Cela est appréciable pour jouer certaines mélodies traditionnelles dans lesquelles les notes altérées font désordre lorsqu’elles ne sont pas parfaitement maîtrisées.

En contrepartie, cet accordage ne permet pas de jouer les accords majeurs sur les trous aspirés et l’étendue du registre de l’harmonica ne monte pas aussi haut dans les notes aiguës que le permet l’accordage Richter.

Sur l’ensemble de ses deux octaves et demi, l’accordage Solo Tuning comporte toutes les notes correspondant aux touches blanches du clavier d’un piano.

Comme pour l’accordage Richter, les notes dièses et bémols peuvent être obtenues en faisant appel aux altérations et overnotes*.

L’accordage Solo Tuning est à privilégier par celles et ceux souhaitant jouer en notes solo, sans l’accompagnement en tongue-blocking, et sans pratiquer d’altérations tout en disposant dès l’octave basse des notes FA et LA.

* Les overnotes (overblows et overdraws) font appel à une technique permettant de mettre en oscillation une lame dans le sens opposé à son mode d’oscillation naturel. Ainsi, en overblow, c’est la note aspirée qui produit le son alors qu’en overdraw, c’est la note soufflée qui l’émet. Cette technique, associée à celle des altérations, permet d’obtenir tous les tons et demi-tons, rendant ainsi chromatique un harmonica diatonique.

L'accordage Paddy Richter

Chaque accordage Paddy Richter varie en fonction de la tonalité de l’instrument. Pour un harmonica diatonique en C (Do), la répartition des notes est la suivante :

Accordage Paddy pour harmonica

L’accordage Paddy Richter se différencie de l’accordage Richter classique uniquement par l’élévation d’un ton de la lame soufflée du trou numéro 3.

Ainsi, pour un harmonica accordé en Paddy en tonalité de Do (C), le Sol soufflé (G) du 3ème trou est remplacé par un  La (A).

Cette disposition particulière permet de disposer d’un La (A) dès la première octave, sans sacrifier pour autant le Sol (G) puisque celui-ci est déjà présent sur le trou aspiré numéro 2.

L’accordage Paddy Richter est particulièrement apprécié en musique celtique et traditionnelle.